La gravité est la force principale qui pèse sur nous chaque jour de notre vie. Ce que la posturologie nous enseigne, c'est que la majorité des ressources de notre cerveau sont utilisées afin de s'assurer que notre gestion de la gravité se fasse avec la plus petite quantité d'énergie possible. À ce moment, l'équilibre des tensions musculaire est plus uniforme à travers l'organisme.

Est-ce qu'un manque de compétence à ce niveau ne serait pas à l'origine de certaines tensions musculaires?

Bien qu'il fasse partie de l'évolution humaine de se lever sur deux pieds, se tenir debout et marcher, le fait est que ces habiletés complexes doivent être apprises. C'est à dire qu'une quantité non négligeable de mouvements, d'essais et d'erreur seront nécessaires.  Comme tout apprentissage cependant, il est possible que certaines étapes ne se fassent pas de façon optimale, ce qui entraîne des déséquilibres lorsque l'être humain apprend finalement à marcher. Ces déséquilibres sont potentiellement en cause dans plusieurs affections de la vie courante. Douceleurs, inconforts, manque de coordination, troubles de l'attention et particulièrement plus tard dans la vie, 

L'approche ici est de combiner l'ostéopathie dans le but de relâcher les structures en tension, et aussi la neurologie fonctionnelle, méthode qui a pour but d'améliorer les performances humaines lorsqu'il s'agit de combattre la gravité. Combinée à la recalibration posturale, il est possible de réduire ou éliminer les inconforts, les tensions musculaires, les blocages articulaires et améliorer la mobilité et l'équilibre. 

C'est par une approche véritablement globale, en tenant compte à la fois du système musculo squelettique mais aussi du système nerveux que nous pouvons obtenir des résultats vraiment durables.

Pourquoi tenir compte du développement?

Lorsque nous venons au monde, notre système nerveux moteur est immature. Pour l'essentiel, nous ne maîtrisons aucun mouvements à cette étape de notre vie. Les gestes erratiques d'un nouveau-né sont le fruits de réflexes involontaires, qui vont peu à peu maturer afin de créer un être humain en contrôle de ses mouvements. Les réflexes du nouveau né disparaissent peu à peu et les gestes conscients et planifiés émergent alors.

Par contre, pour que la disparition de ces réflexes se fasse, le nouveau né doit recevoir suffisamment de stimulation sensorielle en provenance de son environnement. Ces stimulations sont essentiellement tactiles au début, mais le mouvement des yeux et le système vestibulaire doivent être suffisamment entraînés afin de créer une compétence motrice optimale.

En neurologie fonctionnelle, nous évaluons le système nerveux dans le but d'identifier des déséquilibres et par la suggestion d'exercices spécifiques, améliorer la fonction et le contrôle du système musculo squelettique.

Lorsque nous nous tenons debout, notre corps doit constamment se réajuster autour de son centre de gravité. En fait, lorsque nous sommes immobiles en position debout, nous ne sommes pas complètement immobiles. En fait, nous oscillons constamment afin de trouver notre centre de gravité. Ces oscillations se font au prix de milliers de contractions et décontractions musculaires qui nous maintiennent sur deux pieds sans que l'on tombe.

Afin que ce soit possible, notre cerveau doit analyser les informations en provenance de notre système sensoriel afin de prendre des décisions quant à quels muscles contracter.

Par exemple, la qualité des décisions prises par le cerveau dépend de la qualité des informations qui lui parviennent. Ainsi, il est nécessaire que les pieds ressentent bien le sol. Lorsque les pieds manquent de sensibilité, ou bien lorsqu'ils sont trop sensibles, il en résulte une détérioration dans la qualité de l'équilibre. Par des tests et des exercices ciblés, il est possible de remédier à la situation.

Bien que la compétence sensorielle et motrice du pied soit de première importance, ce n'est pas le seul système à prendre en ligne de compte. Le système vestibulaire, le mouvement oculaire et la proprioception sont intimement lié au contrôle musculaire du cou et de la colonne vertébrale, doivent être soigneusement examinés afin d'assurer un équilibre maximal au système. 

Saviez-vous que des études ont démontré une corrélation entre les douleurs lombaires et une détérioration de l'équilibre?

Pour plus d'informations concernant la neurologie fonctionnelle dans le cadre d'un suivi en ostéopathie, n'hésitez-pas à prendre contact avec moi.

Ce service est offert à mon bureau de Longueuil, sur la rive sud de Montréal. 

Dans la vidéo suivante, j'effectue une version modifiée du test de Romberg. J'utilise ce test pour vérifier la compétence du système vestibulaire et du cervelet. Comme vous pouvez voir, j'ai tendance à perdre l'équilibre dans des directions spécifiques. Ces déséquilibres me renseignent sur la compétence de certaines chaînes musculaires. 

Tenir la position de façon prolongée, combiné aux mouvements de la tête, permet de travailler les canaux semi circulaires de l'oreille interne et de renforcer le lien neurologique entre ceux-ci et les muscles de la colonne vertébrale. Un tronc plus stable permet d'exécuter des mouvements avec force et assurance, et ainsi prévenir le risque de blessures lors d'efforts physiques importants.

Exercice d'équilibre sur un pied. Lors du cycle de la marche, l'être humain se retrouve sur un pied 80% du temps. L'idée ici est de stabiliser la cheville afin d'améliorer la stabilité du corps lors d'activités comme la marche ou la course. 

Le but de l'exercice ici est de se tenir sur un pied, tout en gardant le haut du corps et la cheville stables.

Les muscles extenseurs sont responsables d'assurer un maintient solide de notre posture. Une faiblesse de ceux-ci fait en sorte que lorsque nous sommes debout, nous dépensons plus d'énergie qu'il n'en faudrait réellement. Avec l'utilisation des téléphones, la plupart d'entre nous favorisons plutôt nos muscles fléchisseurs, ainsi nous laissons nos épaules et notre cou fléchir vers l'avant.

Si vous êtes assis toute la journée devant un écran ou à l'école, il est possible que vous ayez mal à certains muscles de votre dos et de votre cou.

L'extension du cou et du dos se développe principalement lorsque le nouveau-né se retrouve sur le ventre et qu'il est obligé de redresser la tête afin de voir son environnement. Durant cette même période, les yeux doivent développer la compétence de balayer du regard de gauche à droite.

Dans la vidéo, je démontre ce qu'il est possible de faire lorsqu'on respecte ce principe du développement. L'extension est quelque chose que je dois travailler, alors les résultats avant-après sont assez visibles. Notez que dans la première partie, je peine à décoller le tronc du sol. J'effectue ensuite un exercice de saccades oculaires. Le but de l'exercice est de fixer l'ongle de chaque pouce rapidement et en alternance. Je fixe le regard suffisamment longtemps pour que l'oeil ait le temps de faire la mise au point. Voyez la différence dans la séquence finale. L'extension est nettement améliorée.

Amélioration de la motricité du pied. Le pied est la fondation de toute la stabilité du système. C'est par le ressenti du sol via la sensibilité de la peau et le contrôle moteur de ses muscles que nous pouvons nous tenir debout dans une posture optimale. 

Dans la première partie de la vidéo, la personne démontre un faible contrôle des orteils lors du test. À l'intérieur de la même séance, par l'exécution de petits exercices, nous sommes parvenu à corriger la situation. Afin de conserver les acquis, la cliente se voit suggérer une courte série d'exercices à appliquer au quotidien pendant un certain temps.

Avant
Après

Regardez bien la différence dans les oscillations du corps entre les deux vidéos. La personne se tient les pieds joints, les yeux fermés et la tête en extension. Ce test a pour but d'évaluer la performance du système labyrinthique, en rapport avec l'équilibre. Une fois la dysfonction corrigée, la stabilité se trouve améliorée et les muscles de la colonne vertébrale sont plus efficaces dans la stabilisation de l'ensemble. Beaucoup de gens avec des douleurs dorsales et lombaires présentent des problèmes d'équilibre lors de ce test.

Personne se présentant avec une rotation interne de l'épaule droite. Ce signe est visible en regardant la main, qui a été encerclée sur la photo. Une rotation de ce type témoigne d'une baisse de tonus des muscles extenseurs du même côté du corps. Cet état témoigne d'un déséquilibre entre le tonus des muscles fléchisseurs et ceux des extenseurs, ce qui place l'épaule dans une position potentiellement compromettante, avec un risque de blessures augmenté. La correction en quelques secondes a été rendue possible par la stimulation de l'hémisphère droit du cerveau, ce qui a par le fait même rétabli un équilibre de force entre les muscles extenseurs du côté droit du corps, par rapport au côté gauche, et ce, de la tête aux pieds.